BRICO DEPOT France FORCE OUVRIERE Index du Forum  
  FAQ •  Rechercher •  Membres •  Groupes •  S’enregistrer •  Messages Privés •  Connexion



 Bienvenue 
SAUVONS NOTRE CODE DU TRAVAIL
"Ceux qui luttent ne sont pas sûr de gagner,mais ceux qui ne font rien ont déjà perdu "
“…GRÈVE … DANS LE COMMERCE”

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Olivier
Administrateur



Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2009
Messages: 48

Message Sujet du message: “…GRÈVE … DANS LE COMMERCE” Répondre en citant

Ces derniers mois, différents mouvements ont eu lieu. Des débrayages chez BUT, à la suite des négociations au rabais dans le cadre d’une restructuration et d’une volonté de passer à une rémunération annuelle. Le résultat obtenu est une mise entre parenthèses de ces projets et le remplacement du DRH par celui de Conforama. Les militants FO ne sont pas dupes et restent vigilants, car la forme ne sera jamais une réponse à nos revendications.


Dans l’ameublement, une autre grande enseigne, CONFORAMA, profite de la fusion entre deux entités, SODICE et CONFORAMA France, pour rogner les avantages acquis par les uns afin de mieux les niveler par le bas pour l’ensemble des salariés.


Les salariés de SODICE n’acceptent pas d’être les dindons de la farce au profit des actionnaires et, en particulier, de la famille Pinault qui a annoncé vouloir céder cette enseigne, ainsi que LA FNAC et LA REDOUTE.
Là aussi, un petit changement dans l’équipe RH avec, à noter, l’arrivée d’un ancien de chez BUT.
Manifestement, les PSE ne touchent pas une certaine catégorie de salariés, porteurs de valise du patronat du Négoce de l’Ameublement.


Il est à noter que c’est cette même branche qui voit d’un mauvais œil la nouvelle convention collective des Cuisinistes et les accords signés par l’ensemble des organisations syndicales dans la branche. Il est vrai que les avantages dont pourront bénéficier les salariés de ce secteur sont bien supérieurs, de surcroît en tous points, à celle du Négoce de l’Ameublement.
La cause principale de ces situations conflictuelles est la volonté de baisser au maximum les coûts de main d’œuvre pour assurer une meilleure rentabilité au bénéfice des employeurs et des actionnaires, ainsi que dans une moindre mesure, augmenter le pouvoir d’achat des clients par la baisse des prix au détriment des salaires. Car le fait est que dans tout le commerce, petits prix = petits salaires.
Ces dernières semaines, la grève chez BRICO DEPOT est la démonstration du rejet de cette politique commerciale aux conséquences importantes en terme de conditions de travail, avec la surcharge de travail devenue ingérable qui va même à l’encontre du service rendu à la clientèle et donc de l’essence même du commerce.


Nous sommes confortés dans nos revendications : l’augmentation du pouvoir d’achat par l’augmentation des salaires, le respect des METIERS reconnus dans une classification claire, des formations qualifiantes pour maintenir notre savoir-faire pour assurer l’accueil des clients en toute sécurité et avec le “bon conseil”.
Elles permettront aussi de faire baisser les tensions grâce à la meilleure prise en compte des attentes des clients. Les bas coûts ne doivent pas se transformer en coups bas et autres pressions subis par les travailleurs laissés seuls face aux clients pris pour des GOGO.
Un ras-le-bol a aussi engendré un appel de l’ensemble des syndicats du Commerce de Paris, qui ont appelé à une manifestation dont les mots d’ordre étaient :
  • contre le travail du dimanche et des jours fériés,
  • contre les nocturnes et l’allongement des amplitudes horaires,
  • pour l’augmentation des salaires, avec un minimum de 200 € pour tous.

Lors de cette journée, par leur présence, le Syndicat FO COMMERCE de Paris a reçu le soutien, de nos Secrétaires généraux confédéral et fédéral, Jean-Claude Mailly et Serge LEGAGNOA.
Ces réactions sont dues à la dégradation de la vie quotidienne. Elles n’empêchent pas une prise de conscience des risques pour l’avenir à long terme et surtout par rapport aux retraites.
Les plans FILLON-SARKOZY-CHEREQUE-THIBAULT vont poser de grandes difficultés aux nombreux salariés du commerce à temps partiel et payés en-dessous du SMIC mensuel, sans oublier les mères de famille qui prennent des congés parentaux.


La réalité de trop nombreux salariés du commerce est de travailler en étant payés en-dessous du seuil de pauvreté et de faire bénéficier les patrons d'exonérations de cotisations sociales qui contribuent au déficit de la protection sociale. Au bout de cette carrière chaotique, parsemée de chômage, en particulier vers la cinquantaine, on se retrouve dans le mur avec des revenus insuffisants pour assurer des besoins quotidiens.
Heureusement, comme au XIXème siècle, les patrons ont leurs bonnes œuvres et sponsorisent des associations caritatives pour faire croire qu’ils ont une éthique et que leurs entreprises sont citoyennes.
Les militants du commerce ont décidé d’exprimer leur ras-le-bol en se mobilisant le 15 juin pour le retrait du projet de la contre-réforme sur les retraites.
Le rendez-vous est déjà pris pour le 7 septembre. 
  
Nous serons derrière la Confédération et avec tous les militants syndicalistes de toutes les autres organisations syndicales qui appelleront à la grève et manifestation pour le retrait du projet WOERTH.  
Alors, mobilisons au-delà de nos rangs en communiquant les éléments qui aideront à la compréhension des risques encourus.


Message Posté le: Mar 17 Aoû - 22:51 (2010)
Revenir en haut
Publicité








Message Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Message Posté le: Mar 17 Aoû - 22:51 (2010)
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Traduction par : phpBB-fr.com