BRICO DEPOT France FORCE OUVRIERE Index du Forum  
  FAQ •  Rechercher •  Membres •  Groupes •  S’enregistrer •  Messages Privés •  Connexion



 Bienvenue 
SAUVONS NOTRE CODE DU TRAVAIL
"Ceux qui luttent ne sont pas sûr de gagner,mais ceux qui ne font rien ont déjà perdu "
SALAIRES

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Olivier
Administrateur



Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2009
Messages: 48

Message Sujet du message: SALAIRES Répondre en citant


La Conférence Nationale Professionnelle rappelle que seules la hausse significative des salaires réels et la revalorisation des grilles de salaires peuvent garantir l’augmentation du pouvoir d’achat et la relance de la consommation. C’est ainsi que le leurre en matière de politique de baisse de prix, de déblocage anticipé de la participation pour améliorer le pouvoir d’achat, ne répond en rien aux besoins des travailleurs et a pour conséquence grave d’impacter les politiques de salaires. De la même manière, la politique du « travailler plus pour gagner plus » ne correspond à aucune réalité car les heures supplémentaires sont de la seule initiative des employeurs et ce dispositif ne favorise pas la création d’emploi ! De plus, les exonérations de cotisations sociales affectent le financement de la protection sociale collective (Sécurité Sociale, etc.). 

La Conférence Nationale Professionnelle condamne la prime « cataplasme » DITE de 1 000 euros qui, de surcroît, ne concerne qu’un périmètre limité d’entreprises et donc de salariés, qui ne règle pas la question de fond des salaires et du pouvoir d’achat. Cette prime, aléatoire et au montant incertain, qui s’inscrit dans la logique politique d’association capital-travail, n’est qu’un contre-feu allumé face à la pression des travailleurs dans les entreprises sur la question salariale. L’annonce de cette prime par le gouvernement fait écho aux déclarations de Jean-Claude TRICHET, gouverneur de la Banque Centrale Européenne qui a déclaré qu’il serait « stupide » d’augmenter les salaires dans la zone euro.
Cette prime vise donc à se substituer aux augmentations de salaires et s’inscrit dans le développement des rémunérations variables liées aux objectifs et aux résultats contre les salaires garantis par les qualifications et les classifications.
La Conférence Nationale Professionnelle affirme que les profits des entreprises ne doivent pas être exclusivement ou majoritairement distribués aux seuls actionnaires mais doivent participer à l’amélioration des salaires.
La Conférence Nationale Professionnelle s’insurge contre la politique suivie jusqu’à présent qui consiste en diverses mesures d’exonération de cotisations sociales et fiscales, sans aucun résultat positif sur l’emploi dans le pays.
La Conférence Nationale Professionnelle condamne :
  • tous les allègements de cotisations qui plus est sur les bas salaires (dispositif Fillon) qui n’encouragent pas les employeurs à augmenter les salaires,
  • les systèmes de gratifications (ex : repas, cadeaux, ..),
  • le non-respect par les employeurs du principe « travail égal / salaire égal »,
  • la non-application des grilles conventionnelles de classifications,
  • l’utilisation des entretiens individuels d’évaluation comme outil d’augmentation,
  • les augmentations individuelles et la volonté du patronat de mettre dans les négociations annuelles obligatoires, le PERCO, le Compte Epargne Temps, l’Intéressement et autres plans d’Epargne contribuant à remplacer le Collectif par de l’Individuel,
  • les heures supplémentaires qui empêchent les embauches et ne favorisent pas l’emploi.

Pour La Conférence Nationale Professionnelle, l’augmentation des salaires, des pensions et des retraites est une nécessité et une vertu économique et sociale. Par conséquent, la Conférence Nationale Professionnelle affirme qu’une politique de relance de la consommation est plus que jamais nécessaire et revendique :
  • des augmentations générales sur les salaires réels,
  • un premier niveau de grille à 15% au dessus du SMIC,
  • d’amener progressivement et rapidement le SMIC à 80% du salaire médian,
  • des grilles de salaires avec des coefficients hiérarchisés et une valeur de point constante, avec ouverture de grille de 1 à 3,5 (le dernier niveau est égal à 3,5 fois le 1er) sur la base des revendications de la CONFEDERATION GENERALE DU TRAVAIL-Force Ouvrière,
  • l’intégration dans les salaires de base de toutes les parties dites variables (primes de rendement à l’objectif…),
  • le 1er niveau des salaires des cadres au niveau du plafond de la Sécurité Sociale,
  • une prime de transport obligatoire pour l’ensemble des travailleurs quel que soit leur mode de transport.

La Conférence Nationale Professionnelle se félicite de toutes les actions conduites dans les différentes branches de la Section Fédérale Professionnelle (SFP) commerce pour faire aboutir nos revendications.


 


Message Posté le: Mer 11 Jan - 20:23 (2012)
Revenir en haut
Publicité








Message Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Message Posté le: Mer 11 Jan - 20:23 (2012)
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Traduction par : phpBB-fr.com